Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 15:01

Ecouter la chronique: link

 

Le 12 janvier un séisme de magnitude 7 sur l'échelle de Richter a ravagé Haïti. Selon l’Organisation mondiale de la santé il y aurait près de 100 000 morts. Le séisme aurait fait 1,5 million de sans-abri et 250 000 blessés.

L’ampleur de la catastrophe a provoqué une mobilisation générale des associations humanitaires, ONG, services de secours de différentes nationalités

 

L’Etat haïtien essaye de faire reconnaître sa légitimité pour gérer la situation. Mais il était déjà particulièrement faible avant le drame et le gouvernement a été décimé et désorganisé par le séisme.

 

L’ONU dispose sur place d’une force de maintien de la paix, la Minustha de 9 000 hommes. Mais son quartier général s’est effondré causant 40 morts et 330 disparus. 3 000 casques bleus ont néanmoins participé aux opérations de secours. L’ONU a pris en main le maintien de l’ordre, pour éviter les pillages et exactions de bandes armées. 1 300 hommes en renfort ont été demandés au Conseil de sécurité.

 

L’intervention la plus visible est celle des Américains. 10 000 militaires sont à pied’ œuvre avec des moyens logistiques considérables : porte-avions, navire-hôpital, hélicoptères. La prépondérance des Américains est normale étant donné leur proximité géographique et les moyens dont ils disposent.  Barak Obama a réagi rapidement, ne voulant pas renouveler les carences de l’Etat américain dans la gestion de l’ouragan Katrina en 2005. Il a affirmé le leadership américain conformément à ses engagements lors de son élection.

 

Quant aux Européens, ils interviennent comme trop souvent, en ordre dispersé.

Les grands pays, qui en ont les moyens, ont envoyé leurs propres équipes de protection civile, médicale et équipements de premiers secours. Les petits pays européens se sont appuyés sur les structures de l’Union européenne.

L’Europe a une politique et des moyens en matière d’assistance humanitaire et de protection civile. 430 millions d’€ dont 120 millions d’aide d’urgence ont été décidés. C’est trois fois plus que les aides financières américaines et canadiennes. Le centre de protection civile de l’Union a dépêché une équipe d’évaluation dès le 13 janvier et coordonne les actions des pays membres. La protection civile est d’ailleurs un des nouveaux domaines d’action de l’Union créé par le Traité de Lisbonne. L’Union dispose d’une force européenne de gendarmerie. Elle a décidé l’envoi de 350 policiers et pourrait en envoyer un millier.

 

Reste que l’Union, dans deux domaines ne soutient pas la comparaison avec les Etats-Unis.

D’abord l’Europe n’a pas d’armée et ses Etats membres ne dépensent ensemble que la moitié du coût de l’armée américaine. Cela la prive d’un formidable moyen d’intervention en cas de catastrophe de grande ampleur.

Ensuite l’Europe n’a pas été présente politiquement. Alors qu’Hilary Clinton était sur place, aucun des nouveaux dirigeants de l’Union ne s’est déplacé. La confusion s’est installée entre Herman Von Rompuy, nouveau président du Conseil européen, Catherine Ashton nouvelle « ministre des affaires étrangères » et l’Espagne qui détient la présidence tournante du Conseil.

L’Europe, comme cela avait été déjà le cas lors du Tsunami de 2004, paye l’essentiel de la note. Elle est incapable de le faire savoir et de contester le leadership des Etats-Unis.

Repost 0
Published by François Vié - dans Sécurité-Justice
commenter cet article
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 17:57

En juin dernier Alain Lamassoure, député européen a remis un rapport qui lui avait été commandé par le président de la République.

Ce rapport s’intitule « Le citoyen et l’application du droit communautaire ». Il vient à point au moment où les citoyens doutent de l’utilité de l’Europe dans leur vie quotidienne.

 

Le constat d’Alain Lamassoure est clair : En 50 ans de construction européenne, l’intégration économique est effective : fusion des monnaies nationales, chaque pays européen fait les 2/3 de son commerce au sein de l’Europe. Au contraire l’Union des peuples et des citoyens reste balbutiante : dans la plupart des états, il y a deux fois plus d’étrangers non européens que d’étrangers européens ; même proportion pour les mariages binationaux ; malgré le succès d’Erasmus, les échanges universitaires sont plus nombreux avec les autres continents qu’entre européens ; les grands médias nationaux consacrent plus de place à la seule politique américaine, qu’à la politique européenne.

 

Une difficulté vient de la mauvaise application des lois européennes existantes : retards dans la transposition des textes européens dans les lois nationales, ou mauvaises transpositions, manque d’information des citoyens, complications administratives. Pourtant des dispositions existent en matière de mobilité professionnelle, portabilité des droits sociaux, reconnaissance des diplômes.

 

Le droit civil et en particulier le droit familial échappe complètement au droit communautaire : mariages, unions libres, transmissions de patrimoine, gardes d’enfants en cas de séparation se heurtent  à des impossibilités de solutions alors que les échanges se multiplient dans l’Union.

Les frontières sont abolies mais, c’est le véritable espace de vie en commun que devrait être l’Union Européenne, qui tarde à se construire.

 

Le rapport fait de nombreuses propositions dans les domaines de la santé, des échanges universitaires, du détachement des travailleurs, du droit familial, circulation routière, droit au logement, fiscalité. Au-delà de mesures pratiques pour améliorer la vie des citoyens, le rapport fait des propositions sur le développement de la citoyenneté européenne, le mode de scrutin des députés européens, et d’une façon générale pour éviter une concurrence sociale et juridique entre états membres.

Le rapport propose au besoin d’utiliser dans certains domaines le moyen des coopérations renforcées. Rappelons que les traités qui organisent l’Europe prévoient que si 9 pays ou plus veulent approfondir leur coopération dans un domaine particulier, ils peuvent le faire en utilisant cette procédure.

 

Justement 9 états viennent de se déclarer favorables à une coopération renforcée en matière de divorce. La France n’en fait pas partie. Elle justifie ses réserves par les questions en suspens sur la mise en œuvre des coopérations renforcées, procédure encore jamais utilisée.

 

Pour écouter la chronique: link

Repost 0

Présentation

  • : Nouvelles d'Europe
  • Nouvelles d'Europe
  • : Chroniques d'actualité sur l'Union européenne, à lire et à écouter.
  • Contact

Profil

  • François Vié
  • Président du Mouvement Européen Pas-de-Calais
Le Mouvement Européen Pas-de-Calais est une association indépendante de tout gouvernement, institution communautaire ou parti politique. Il est non partisan. Sa vocation est d’aider les citoyens à prendre conscience de l’Europe et de la communauté de des
  • Président du Mouvement Européen Pas-de-Calais Le Mouvement Européen Pas-de-Calais est une association indépendante de tout gouvernement, institution communautaire ou parti politique. Il est non partisan. Sa vocation est d’aider les citoyens à prendre conscience de l’Europe et de la communauté de des

Chroniques Nouvelles d'Europe

Les chroniques, hebdomadaires, sont diffusées sur radio Pfm, radio associative arrageoise, 99.9 MHz.    

Elles sont à disposition des radios associatives qui souhaitent les programmer et en font la demande.

Sources: Europe-midi (Mouvement européen France), Euractiv, Agence Europe, Fondation Robert Schman, Oui à l'Europe, Sinople, presse quotidienne et hebdomadaire dont Le monde et Courrier international...


L'auteur de la scutpture "L'Europe" est Bernard Vié link

Rechercher