Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 10:08

    Ecouter la chronique: link

 

Aujourd’hui 80% du pétrole et 60% de gaz utilisés dans l’Union sont importés.

Les solutions face à cette dépendance sont de réduire notre consommation, de diversifier les sources d’énergies, de diversifier les pays d’origine de nos importations ainsi que les routes d’approvisionnement.

L’Union européenne, en 2006, s’est fixé des objectifs : marché commun, impulsion aux énergies renouvelables, lutte contre le changement climatique, sécurité d’approvisionnement. En 2008 l’Union a chiffré trois objectifs : 20% de réduction d’émissions de gaz à effets de serre, 20% d’économies d’énergies, 20% d’énergies renouvelables. Le traité de Lisbonne consacre un chapitre à l’énergie. Des politiques sont mises en œuvre pour améliorer le marché intérieur et les réseaux intra-européens. Mais les obstacles sont nombreux : chaque pays a son propre mix énergétique, c'est-à-dire sa propre répartition de consommation entre hydrocarbure, énergie nucléaire et énergies renouvelables. Chaque pays a ses opérateurs historiques et répugne à ouvrir son marché intérieur.

 

Dans le domaine de l’importation de gaz et de pétrole, chaque pays a sa propre politique d’approvisionnement.

Après Fukushima, l’Allemagne et la Suisse ont décidé de renoncer au nucléaire et l’Italie de ne pas relancer le nucléaire. La part du gaz dans la consommation énergétique du continent va augmenter. Le gaz russe représentera en 2030, 50% de la consommation européenne. A deux reprises, la livraison de gaz russe a été interrompue par suite d’un conflit entre Russie et Ukraine. Il est apparu nécessaire de disposer de nouvelles sources et de nouvelles voies d’approvisionnement. L’Allemagne a traité avec Gazprom, le géant russe pour réaliser le gazoduc Northstream. Ce gazoduc vient d’être inauguré. Il passe sous la mer baltique en contournant les pays baltes et la Pologne, ce qui a motivé les protestations de ces pays. Au sud de l’Europe, l’Union européenne pousse à la construction d’un gazoduc, Nabuco, qui passerait par la Turquie et les Balkans pour acheminer vers l’Europe du gaz d’Azerbaidjan et de Tukménistan. Mais ce projet est concurrencé par le gazoduc Southstream qui passera sous la mer Caspienne en évitant la Turquie. Soutstream est porté par Gazprom, donc par la Russie, mais aussi avec l’appui de Paris, Berlin et Rome. Non seulement il n’y a pas de stratégie commune mais les grands pays concurrencent les initiatives de l’Union.

 

La proposition de la Commission consiste à imposer son autorisation, avant toute signature par un Etat, d’un contrat de fourniture de gaz ou de pétrole avec un pays tiers. Cela permettrait d’imposer une coordination aux Etats et de mettre en place progressivement une stratégie européenne d’approvisionnement énergétique. Elle rejoint une proposition du Centre de réflexion « Notre Europe », qui, dans le cadre de sa proposition de « Communauté européenne de l’énergie » recommande des achats groupés de gaz et de pétrole. Cette proposition aurait l’avantage d’obtenir des prix plus attractifs et de construire une cohérence solide sur la scène internationale face aux enjeux stratégiques liés à l’énergie.

 

Cette volonté de la Commission européenne va avoir beaucoup de mal à s’imposer aux Etats. Pourtant l’énergie est une question qui conditionne le développement et l’indépendance de l’Europe. Les grands pays industriels ou émergents, utilisent leurs moyens de puissance pour assurer leurs approvisionnements : groupes énergétiques nationaux, diplomatie, défense. L’Europe aussi doit le faire. Un nouveau traité, ou une coopération renforcée, instituant une Communauté européenne de l’énergie en serait le moyen.

Partager cet article

Repost 0
Published by François Vié - dans Energie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Nouvelles d'Europe
  • Nouvelles d'Europe
  • : Chroniques d'actualité sur l'Union européenne, à lire et à écouter.
  • Contact

Profil

  • François Vié
  • Président du Mouvement Européen Pas-de-Calais
Le Mouvement Européen Pas-de-Calais est une association indépendante de tout gouvernement, institution communautaire ou parti politique. Il est non partisan. Sa vocation est d’aider les citoyens à prendre conscience de l’Europe et de la communauté de des
  • Président du Mouvement Européen Pas-de-Calais Le Mouvement Européen Pas-de-Calais est une association indépendante de tout gouvernement, institution communautaire ou parti politique. Il est non partisan. Sa vocation est d’aider les citoyens à prendre conscience de l’Europe et de la communauté de des

Chroniques Nouvelles d'Europe

Les chroniques, hebdomadaires, sont diffusées sur radio Pfm, radio associative arrageoise, 99.9 MHz.    

Elles sont à disposition des radios associatives qui souhaitent les programmer et en font la demande.

Sources: Europe-midi (Mouvement européen France), Euractiv, Agence Europe, Fondation Robert Schman, Oui à l'Europe, Sinople, presse quotidienne et hebdomadaire dont Le monde et Courrier international...


L'auteur de la scutpture "L'Europe" est Bernard Vié link

Rechercher