Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 19:21

Ecouter la chronique: link

 

Angela Merkel, lors du récent congrès de son parti, l’Union chrétienne-démocrate, a plaidé pour « plus d’Europe ». Elle a présenté un programme d’intégration européenne  ambitieux : élection du président de la Commission de Bruxelles au suffrage universel, renforcement des pouvoirs du Parlement,  harmonisation fiscale, c'est-à-dire l’esquisse d’une véritable fédération politique.

La France, en pleine campagne électorale n’a pas répondu aux propositions allemandes. Va-t-elle les ignorer ? Va-t-elle répéter l’erreur qu’elle a faite en 2000 ? Cette année là, Joschka Fischer, ministre allemand des affaires étrangères, proposait une fédération européenne, une Europe composée d'Etats nations dotée d'une constitution, d'un président élu au suffrage universel, d'un gouvernement et d'un Parlement bicaméral… Jacques Chirac et  Lionel Jospin à l’époque n’avaient pas pris la peine de lui répondre.

 

Si l’Allemagne rouvre la question des institutions européennes, c’est que la crise de la zone Euro a montré que l’Union ne peut pas ne pas se renforcer. La gestion intergouvernementale, par les chefs d’Etats, a montré ses limites. Il faut une discipline budgétaire commune, une politique économique commune, mais il faut aussi des institutions communes pour les gérer.

 

Herman Van Rompuy a été mandaté par les chefs d’Etats pour faire avant décembre prochain, des propositions de révision du traité de Lisbonne. Mais il s’agit essentiellement, pour les chefs d’Etats,  d’inscrire dans les traités les règles de discipline budgétaire et celles du Mécanisme européen de stabilité financière.

Nombreux sont ceux qui demandent que l’on aille plus loin. Une pétition a été déposée auprès du Parlement européen par plusieurs associations fédéralistes pour qu’il prenne l’initiative de la convocation d’une Convention avant fin 2014. Les auteurs de la pétition demandent une Union fiscale, des dettes publiques financées par des Eurobonds, une politique budgétaire commune conduite par un gouvernement fédéral, un marché unique réformé pour relancer la compétitivité et l’emploi, le tout sous le contrôle du Parlement européen. La nécessaire révision des traités ne soit pas être négociée entre les chefs d’Etats mais doit se faire de façon transparente et démocratique par une Convention. La Convention, c’est l’instance prévue par le traité de Lisbonne pour réviser les traités. Elle réunit des représentants des Etats, du Parlement, de la Commission.

 

L’Union européenne doit tirer les conséquences de la crise de la zone Euro en adaptant ses institutions. Elle doit aussi se démocratiser et se donner de nouvelles compétences pour affronter la mondialisation.

 

Ces questions seront-elles abordées dans la campagne des élections présidentielles françaises ? A l’évidence non. Aucun des principaux candidats n’a un discours positif et constructif sur l’Union européenne. Nicolas Sarkozy menace de suspendre l’application de Schengen, Hollande veut renégocier le traité budgétaire, Bayrou veut produire français.

 

Pourtant, une Europe renforcée dans ses compétences et ses moyens, dotée d’institutions démocratiques et fédérales, serait un moyen de sortir de la crise et d’affronter la mondialisation. Le projet d’une Europe moderne est-il impossible à défendre auprès des citoyens ? Y renoncer, c’est oublier que 6 français sur 10 se disent attachés à l’Europe et 1 sur 4 très attaché. Malgré le contexte de crise, ils sont plutôt favorables à un renforcement de ses pouvoirs. Ils font plus confiance aux institutions européennes qu’aux Etats. Leur déception sur l’Europe vient de son inefficacité à les défendre. Encore faut-il donner à cette Europe les moyens nécessaires pour traiter des grands défis du XXIe siècle.

Partager cet article

Repost 0
Published by François Vié - dans Union européenne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Nouvelles d'Europe
  • Nouvelles d'Europe
  • : Chroniques d'actualité sur l'Union européenne, à lire et à écouter.
  • Contact

Profil

  • François Vié
  • Président du Mouvement Européen Pas-de-Calais
Le Mouvement Européen Pas-de-Calais est une association indépendante de tout gouvernement, institution communautaire ou parti politique. Il est non partisan. Sa vocation est d’aider les citoyens à prendre conscience de l’Europe et de la communauté de des
  • Président du Mouvement Européen Pas-de-Calais Le Mouvement Européen Pas-de-Calais est une association indépendante de tout gouvernement, institution communautaire ou parti politique. Il est non partisan. Sa vocation est d’aider les citoyens à prendre conscience de l’Europe et de la communauté de des

Chroniques Nouvelles d'Europe

Les chroniques, hebdomadaires, sont diffusées sur radio Pfm, radio associative arrageoise, 99.9 MHz.    

Elles sont à disposition des radios associatives qui souhaitent les programmer et en font la demande.

Sources: Europe-midi (Mouvement européen France), Euractiv, Agence Europe, Fondation Robert Schman, Oui à l'Europe, Sinople, presse quotidienne et hebdomadaire dont Le monde et Courrier international...


L'auteur de la scutpture "L'Europe" est Bernard Vié link

Rechercher