Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 12:35

 

Ecouter la chronique: link

 

Les soulèvements dans les pays arabes mettent l’Europe au pied du mur.

 

Tout d’abord sur la nature des relations à entretenir avec le Sud de la Méditerranée. Aux 500 millions d’Européens font face 170 millions d’arabes qui aspirent à la démocratie et à la prospérité. La Méditerranée est un enjeu commun en termes d’environnement, de pêche et de commerce. L’Europe avec sa démographie stagnante, son manque de matières premières, les menaces terroristes, a besoin de l’Afrique et du Moyen-Orient. Elle a eu trop longtemps une politique de soutien aux dictateurs, mercantile, défensive sur le plan migratoire. Comment passer à un partenariat qui respecte les intérêts des peuples ? C’est l’occasion de refonder l’Union pour la Méditerranée.

Les premières réactions de l’Union européenne ont été de geler les avoirs des dictateurs et d’accorder des aides d’urgence ; la Commission a proposé aux Chefs d’Etats européens de discuter d’un « pacte pour la démocratie et la prospérité ». Elle propose de réorienter les politiques de voisinage et de refondre les instruments politiques et financiers dont elle dispose, pour aider les pays du Sud méditerranéen qui s’engagent sur la voie de la démocratie.

 

Ensuite la question migratoire. En 2050 la population de l’Union Européenne sera toujours de 500 millions. Celle de l’Afrique du Nord aura progressé de 35%. Celle de l’Afrique noire de 50%. La pression migratoire ne fera que croitre. Jusqu’à présent l’Europe a obtenu des dirigeants d’Afrique du Nord qu’ils empêcher les départs vers l’Europe. L’accession des pays arabes à plus de démocratie ne réduira pas le désir d’émigrer vers des pays plus prospères. Comment créer des emplois localement, comment organiser une immigration maitrisée, par ailleurs nécessaire aux économies européennes ? La Commission fait la proposition d’un « partenariat pour la mobilité » qui doit être discuté par les chefs d’Etats.

 

La question turque apparaît sous un jour nouveau. Le régime islamique modéré turc est souvent cité en exemple comme modèle possible pour succéder aux régimes arabes autoritaires. La diplomatie turque, très active, porte ses fruits. La Turquie est devenue un acteur important vis-à-vis du monde arabe, et le fait valoir pour appuyer sa demande d’intégrer l’Union européenne. Elle pourrait être déterminante dans la relance de l’Union pour la Méditerranée.

 

Enfin, à l’occasion des soulèvements arabes, le manque d’unité diplomatique et de capacité militaire des Européens est criant. Les positions communes ont tardé. Notre ministre des affaires étrangères, Catherine Ashton, a été à l’image des Européens, timide et indécise à appuyer les mouvements populaires. Nicolas Sarkozy a provoqué la colère des autres chefs d’Etats en reconnaissant, sans les en informer, le Conseil national de transition comme  représentant légitime du peuple libyen.

Sur une intervention militaire en Lybie, les Européens sont divisés. La France et la Grande-Bretagne y sont favorables. L’Allemagne y est opposée. Faute d’accord, l’Europe risque d’assister, passive, à la reconquête du pays par Khadafi. Cela peut de se terminer par des massacres de population civile. L’Union européenne, dans les années 1990, a échoué à éviter la guerre civile dans les Balkans. En 2011 elle montre son impuissance dans un conflit qui la concerne directement. Elle répugne à s’affirmer comme puissance. En refusant de secourir le peuple libyen, l’Europe manquerait à ses valeurs. Elle raterait l’occasion d’instaurer une relation de solidarité constructive avec ses voisins du Sud méditerranéen.

Partager cet article

Repost 0
Published by François Vié - dans Politique de voisinage
commenter cet article

commentaires

Paul Oriol 21/03/2011 17:08



Bonjour,


pourquoi, quand il s'agir d'une position "européenne", ne citer que celles du RU, de l'Allemange et de la France. Les 24 autres pays n'existent pas ?


Bien à vous.


 


 



François Vié 21/03/2011 17:23



Vous avez raison. C'est un racourci. On peut évoquer les particioations du Danemark et de l'italie et de l'Italie à l'engagement militaires, les positions attentistes de l'Autriche, la Hongrie,
la Bulgarie. Mais c'est bien la position de l'Allemagne qui illustre les désaccords entre pays européens.


Cordialement



Présentation

  • : Nouvelles d'Europe
  • Nouvelles d'Europe
  • : Chroniques d'actualité sur l'Union européenne, à lire et à écouter.
  • Contact

Profil

  • François Vié
  • Président du Mouvement Européen Pas-de-Calais
Le Mouvement Européen Pas-de-Calais est une association indépendante de tout gouvernement, institution communautaire ou parti politique. Il est non partisan. Sa vocation est d’aider les citoyens à prendre conscience de l’Europe et de la communauté de des
  • Président du Mouvement Européen Pas-de-Calais Le Mouvement Européen Pas-de-Calais est une association indépendante de tout gouvernement, institution communautaire ou parti politique. Il est non partisan. Sa vocation est d’aider les citoyens à prendre conscience de l’Europe et de la communauté de des

Chroniques Nouvelles d'Europe

Les chroniques, hebdomadaires, sont diffusées sur radio Pfm, radio associative arrageoise, 99.9 MHz.    

Elles sont à disposition des radios associatives qui souhaitent les programmer et en font la demande.

Sources: Europe-midi (Mouvement européen France), Euractiv, Agence Europe, Fondation Robert Schman, Oui à l'Europe, Sinople, presse quotidienne et hebdomadaire dont Le monde et Courrier international...


L'auteur de la scutpture "L'Europe" est Bernard Vié link

Rechercher