Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 16:29

NE1419programmes NE1419programmes

 

 

Mai 2014 Les programmes des conservateurs, des socio-démocrates et des verts sont connus. Un débat s’est tenu le 28 avril sur Euronews entre les candidats des quatre partis de gouvernements européens. On y voit plus clair dans les propositions des partis qui compteront dans l’élection du président de la Commission européenne.

 Les conservateurs, c'est-à-dire le Parti populaire européen, dont fait partie l’UMP, ont choisi comme candidat Jean-Claude Juncker. C’est un vieux routier de la politique européenne. Il a été premier ministre du Luxembourg et a présidé pendant 8 ans les réunions des ministres des finances de la zone euro. Avec le PPE et Jean-Claude Juncker, c’est la continuité. Peu de propositions novatrices dans la plateforme du PPE, si ce n’est un marché unique numérique, une politique commune de l’énergie, une politique migratoire commune, la création en matière de justice d’un ministère public commun. La nécessité est affirmée d’éviter les dettes supplémentaires, d’assainir les finances publiques et de disposer d’outils forts pour sanctionner les pays qui ne respecteraient pas la discipline commune.

 Les socio-démocrates, dont font partie les socialistes français, ont pour candidat, Martin Schulz, actuel président du Parlement européen. Leur volonté est de construite une Europe plus sociale : augmenter les moyens de la politique européenne pour les jeunes, renforcement des droits des syndicats, révision de la directive sur les travailleurs détachés, salaire minimum. La sortie de la crise sera assurée par une politique industrielle ambitieuse, mais dont le financement n’est pas précisé. L’institution de la taxe sur les transactions financières sera accélérée, la lutte contre la fraude fiscale, intensifiée. Des objectifs contraignants seront établis en matière d’emploi, d’éducation et de cohésion sociale. Concernant les institutions, les socio-démocrates veulent que les citoyens, c'est-à-dire le Parlement, reprennent les commandes laissées aux mains des chefs d’Etats par les conservateurs.

 La troisième force, qui au sein du Parlement fait souvent la décision, est le Parti libéral où l’on retrouvera logiquement l’UDI et le MODEM français. Leur candidat, Guy Verhofstadt, a été pendant 9 ans premier ministre belge. C’est un fédéraliste convaincu. Il prône plus d’Europe pour sortir de la crise : moins de réglementations, mais plus de politiques communes. Il s’oppose à l’idée de relancer l’économie par de nouveaux emprunts mais préfère mettre en commun les atouts des Européens : une Communauté européenne de l’énergie, un marché du numérique, une Union bancaire renforcée. Sur le plan institutionnel, il souhaite moins de pouvoir aux chefs d’Etats, la réforme de la Commission avec une hiérarchisation des Commissaires et que le Parlement ait un droit d’initiative législative.

 Les Verts, dont fait partie en France Europe-écologie-les-verts, ont un projet très volontaire et très européen : un « New deal vert ». Des objectifs ambitieux en matière de lutte contre le réchauffement climatique et d’énergies renouvelables, ce qui créerait des emplois ; la sortie de l’Europe du nucléaire et le refus des gaz de schiste ; des objectifs sociaux avec un salaire minimum partout en Europe, un fonds européen d’indemnisation du chômage, une garantie jeunesse amplifiée. Sur le plan international, les Verts refusent le projet de traité commercial transatlantique, souhaitent une Europe terre d’asile. Pour ce qui est des institutions, ils veulent réformer la gouvernance de la Banque centrale européenne et, plus largement, une réforme constitutionnelle validée par un référendum européen.

 A l’issue des élections européennes, le Conseil européen proposera comme président de la Commission, celui de Jean-Claude Junker ou Martin Schulz, qui aura obtenu le plus de députés. Puis le Parlement élira le président de la Commission : soit celui proposé par les chefs d’Etats, soit un autre des candidats présentés par les partis. Il faudra pour cela une coalition, aucun parti ne disposant seul de la majorité.

C’est un choix lourd de conséquences qui est entre les mains des électeurs. Il engagera profondément l’orientation des politiques de l’Union Européenne.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by François Vié - dans Elections européennes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Nouvelles d'Europe
  • Nouvelles d'Europe
  • : Chroniques d'actualité sur l'Union européenne, à lire et à écouter.
  • Contact

Profil

  • François Vié
  • Président du Mouvement Européen Pas-de-Calais
Le Mouvement Européen Pas-de-Calais est une association indépendante de tout gouvernement, institution communautaire ou parti politique. Il est non partisan. Sa vocation est d’aider les citoyens à prendre conscience de l’Europe et de la communauté de des
  • Président du Mouvement Européen Pas-de-Calais Le Mouvement Européen Pas-de-Calais est une association indépendante de tout gouvernement, institution communautaire ou parti politique. Il est non partisan. Sa vocation est d’aider les citoyens à prendre conscience de l’Europe et de la communauté de des

Chroniques Nouvelles d'Europe

Les chroniques, hebdomadaires, sont diffusées sur radio Pfm, radio associative arrageoise, 99.9 MHz.    

Elles sont à disposition des radios associatives qui souhaitent les programmer et en font la demande.

Sources: Europe-midi (Mouvement européen France), Euractiv, Agence Europe, Fondation Robert Schman, Oui à l'Europe, Sinople, presse quotidienne et hebdomadaire dont Le monde et Courrier international...


L'auteur de la scutpture "L'Europe" est Bernard Vié link

Rechercher