Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 12:45

Ecouter la chronique: link

 

Il y a un an la conférence de Copenhague a été un fiasco. Un accord à minima avait été trouvé entre une majorité de chefs d’Etats, mais n’avait pas été approuvé par la conférence. Du coup le principe même de négociations d’un accord sur le climat dans le cadre des Nations Unies se trouvait mis en cause.

 

La conférence de Cancun qui vient de s’achever le 11 décembre a relancé le processus. L’objectif de Copenhague, qui était de limiter le réchauffement à 2° par rapport à l’ère préindustrielle, a été acté. La légitimité d’une reconduction du protocole de Kyoto est affirmée, sans toutefois d’engagement formel. C’était une exigence des pays en développement et de l’Europe. Un processus de contrôle et de vérification des politiques nationales de lutte contre le réchauffement est mis en place. La demande en était faite par les Etats-Unis et l’Union européenne. La création d’un « Fonds vert » est confirmée. Il sera alimenté par les pays riches à hauteur de 100 milliards de dollars par an à compter de 2020, pour aider les pays pauvres. Il sera géré à parité par des représentants de pays développés et de pays en développement. Des progrès sont faits sur l’adaptation au changement climatique, les transferts de technologies propres, la lutte contre la déforestation. Tout cela rend crédible la conclusion d’un traité international sur le climat, à Duban, fin 2011.

 

Les pays industrialisés, divisés sur la question de la prolongation du protocole de Kyoto, n’ont pas pris le leadership des négociations. Les Etats-Unis étaient paralysés par l’échec de Barak Obama aux élections de mi-mandat. L’Europe est apparue divisée. Les compromis décisifs sont venus de l’Inde, du Brésil, de la Chine. Les pays émergents sont devenus une véritable force de propositions. Il s’agit d’un changement fondamental de rapport de force entre pays développés et pays en développement.

 

L’Europe est dans une situation paradoxale.

 

Rappelons d’abord que l’attitude de l’Union européenne est exemplaire à bien des égards. Elle est à l’origine du protocole de Kyoto. Elle est la seule à en avoir respecté les objectifs. Elle a mis en place son marché du carbone depuis 2005. Elle a pris unilatéralement l’engagement ambitieux de réduire ses émissions de 20% et 30% s’il y a accord international. Les pays européens progressent dans les fiscalités carbone. L’Union a débloqué en 2010 2,2 Milliards d’Euro d’aides aux pays pauvres. Si un accord est trouvé à Durban l’an prochain, elle aura réussi dans son objectif d’aboutir à un accord contraignant, contre l’avis des Etats-Unis et de la Chine qui préfèrent un système non-contraignant d’engagements volontaires.

 

Et pourtant Cancun confirme la marginalisation de l’Europe, apparue à Copenhague, dans les négociations sur le climat. Les Européens se sont présentés à Cancun dans la division. Ils ne sont pas d’accord entre eux sur l’objectif de réduction de 20% ou de 30% des émissions. La position de l’Union est qu’il faut prolonger le protocole de Kyoto. Mais certains Etats européens, la Grande-Bretagne, l’Italie, veulent conditionner les engagements des Européens, à des progrès des Etats-Unis et de la Chine.

 

La perte de leadership de l’Europe est probablement inévitable. Les deux gros pollueurs de la planète sont les Etats-Unis et la Chine. A l’avenir les pays développés émettront 43% des gaz à effets de serre contre 57% pour les pays émergents. Mais les Européens sont apparus paralysés par leur manque de positions communes. Ils payent, là comme ailleurs, leurs divisions.

Partager cet article

Repost 0
Published by François Vié - dans Climat
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Nouvelles d'Europe
  • Nouvelles d'Europe
  • : Chroniques d'actualité sur l'Union européenne, à lire et à écouter.
  • Contact

Profil

  • François Vié
  • Président du Mouvement Européen Pas-de-Calais
Le Mouvement Européen Pas-de-Calais est une association indépendante de tout gouvernement, institution communautaire ou parti politique. Il est non partisan. Sa vocation est d’aider les citoyens à prendre conscience de l’Europe et de la communauté de des
  • Président du Mouvement Européen Pas-de-Calais Le Mouvement Européen Pas-de-Calais est une association indépendante de tout gouvernement, institution communautaire ou parti politique. Il est non partisan. Sa vocation est d’aider les citoyens à prendre conscience de l’Europe et de la communauté de des

Chroniques Nouvelles d'Europe

Les chroniques, hebdomadaires, sont diffusées sur radio Pfm, radio associative arrageoise, 99.9 MHz.    

Elles sont à disposition des radios associatives qui souhaitent les programmer et en font la demande.

Sources: Europe-midi (Mouvement européen France), Euractiv, Agence Europe, Fondation Robert Schman, Oui à l'Europe, Sinople, presse quotidienne et hebdomadaire dont Le monde et Courrier international...


L'auteur de la scutpture "L'Europe" est Bernard Vié link

Rechercher