Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2008 4 27 /03 /mars /2008 21:08

Aujourd’hui nous parlons d’Europe économique et de mondialisation

Les français souffrent de la morosité de l’économie, de la pauvreté pour une part d’entre eux, des inégalités et surtout du chômage. Deux responsables sont souvent évoqués

* l’Europe via l’Euro et la BCE

* La mondialisation, c’est notamment la question des délocalisations

Je vous propose que l’on se pose les questions :

- la langueur de l’économie française est-elle imputable à l’Europe.?

- que fait l’Europe ?

- l’Europe a-t-elle une stratégie mondiale notamment vis à vis des délocalisations ?

 

La langueur de l’économie française est-elle imputable à l’Europe.?

 

Paul Masson

 

 

François Vié

Il faut d’abord rappeler ce qui dépend de l’Europe et ce qui dépend des états.

Les états disposent des politiques de l’emploi, sociales, fiscales, budgétaires ( dans les limites du pacte de stabilité)

L’Europe agit sur le marché intérieur (surveillance des règles de concurrence), le commerce international, la politique monétaire.

 

Euro et de la BCE sont-ils responsables ?

NON si l’on remarque que :

  • les pays de la zone Euro ont des taux de croissance très variables (5.3 % en Irlande, 4% en Suède, 3.8 en Espagne, 1.7% au contraire en Italie). Or, ces pays sont soumis aux mêmes contraintes. On doit en conclure que les politiques de l’emploi, sociales, budgétaires et fiscales qui sont aux mains des états ont beaucoup plus d’importance que les contraintes de l’Euro.
  • L’Euro n’est pas responsable de l’inflation : au contraire elles est maintenu à 2% environ.
  • L’Euro apporte des avantages : taux d’intérêts faibles (il y a 10 ans les taux longs étaient supérieurs de 2pts / aujourd’hui) , suppression des fluctuations monétaires, simplification des 2/3 de nos exportations que nous faisons en Europe… .
  • L’euro n’est pas responsable du chômage : dans les 10 ans qui ont précédé l’Euro il y a eu 5milloions d’emplois créés dans l’Europe des 15, et dans les 10 ans qui ont suivi, 12 millions d’emplois.
  • Les citoyens veulent une Europe qui les protège. L’Euro protège les économies nationale au point que certains états en profitent pour accumuler les déficit et les dettes:. Avant l’Euro, le creusement des déficits, l’alourdissement de la dette, les déficits commercial et des payements étaient sanctionnés par les marchés. La monnaie était attaquée et devait être dévaluée. Aujourd’hui, les économies nationales laxistes ne supportent pas les inconvénients monétaires de leur politique car elles sont protégées par l’Euro.. En France, la dette publique qui représentait 35% du PIB en 1991 et est passée à 67% du PIB en 2006. Le déficit commercial atteint des records : 0.6% du PIB en 2006. Dans ces conditions, sans l’Euro, le Franc aurait été dévalué depuis longtemps.

 

La conclusion, c’est que ce sont les politiques nationales qui sont premiers responsables.

Ceci dit, les européens commencent à endiguer le chômage : Les chiffres d’Eurostat confirment l’amélioration de l’emploi dans toute l’Europe : le taux de chômage est passé de décembre 2005 à décembre 2006 de 8.4 à 7.5 dans la zone Euro et de 8.5 à 7.6 pour l’Europe à 25.

 

Que fait l’Europe ?

 

Paul Masson

 

François Vié

L’Europe a une stratégie dite stratégie de Lisbonne :qui a été définie en mars 2000

L’objectif stratégique a été fixé de faire de l’Union européenne « l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde d'ici à 2010, capable d’une croissance économique durable accompagnée d’une amélioration quantitative et qualitative de l’emploi et d’une plus grande cohésion sociale ».

recherche et développement, réformes structurelles pour renforcer la compétitivité et l’innovation ; achèvement du marché intérieur ;

moderniser le modèle social européen en investissant dans les ressources humaines et en luttant contre l’exclusion sociale ;

entretenir les conditions favorable par les politiques macroéconomiques.

Le Conseil européen de Göteborg des 15 et 16 juin 2001 a ajouté une dimension environnementale

 

Le problème est qu’il s’agit d’exercer une compétence européenne mais seulement de coordonner des politiques nationale. Et le résultat est très décevant malgré quelques progrès. selon le tableau de bord européen de l’innovation paru le 22 février, l’Europe serait en train de combler son retard par rapport au Japon et aux Etats-Unis.

 

L’Europe a-t-elle une stratégie mondiale notamment vis à vis des délocalisations ?

 

Paul Masson

 

 

 

 

François Vié

Je voudrai d’abord rappeler que le tissus économique est en constante adaptation. Chaque jour, il y a en France 10 000 suppression d’emplois et 10 00 création d’emploi. C’est le nombre d’emploi qu’il est prévu de supprimer chez Airbus en plusieurs années. Si l’on veut que le tissus économique s’adapte il faut admettre qu’il y ait des suppression d’emploi, par contre il faut évidemment qu’il y ait plus de création que de destruction, et il faut que ce soit pas des drames pour les salariés concernés. D’où l’idée en vogue que ce sont les salariés qu’il faut protéger et pas les emplois eux-même (la flexisécurité)

La deuxième chose est que les délocalisations, c’est à dire les emplois supprimés en France pour être recréés ailleurs ne représentent qu’une petite part des destructions d’emplois (de l’ordre de 5%).

La troisième est que des investissements à l’étranger, plutôt qu’en France peuvent créer de l’activité, y compris dans notre pays. Si l’Allemagne bat des records à l’exportation alors que la France est en déficit, c’est en partie parce qu’elle intègre dans ses produits une proportion de composants achetés à bas cout dans les nouveaux pays industrialisés une deux fois plus importante que la France.

 

Ceci dit mon propos n’est pas de me résigner aux délocalisations mais de les ramener à leur juste proportion. Il faut luter contre les délocalisation, principalement dans le domaine industriel.

Deux procès sont faits à l’Europe.

  • En interne elle ne lutte pas contre les dumpings fiscaux et sociaux. De timides progrès sont en vue pour déterminer des bases fiscales communes pour l’impôt sur les sociétés. Mais l’unanimité est requise pour décider en matière fiscale et les ex-pays de l’Est, l’Angleterre et l’Irlande bloquent.
  • En externe elle n’a pas de politique industrielle. L’Europe ne protège pas ses entreprises même lorsque ses missions s’apparentent un service public. C’est ce qui est récemment arrivé à Euronext racheté par les le New York Exchange.

Ce sont deux questions importantes à résoudre : il faut faire converger les politiques sociales et fiscales et défendre les entrepriseseuropéennes.

 

 

 

Quelles orientations faut-il prendre pour assurer prospérité économique et justice sociale ?

 

Paul Masson

 

 

François Vié

Gordon Brown, qui va bientôt succéder à Tony Blair a fait une déclaration fracassante. Je vous la lit : Pendant des décennies on a cru que les nations européennes allaient passer d’une intégration économique nationale à une intégration économique européenne, de flux de capitaux nationaux à des flux de capitaux européens, de firmes nationales à firmes européenne; Eh bien aujourd’hui, c’est mondial, pas européens »

C’est dire la gravité des désaccords entre les pays européens entre ceux qui comme Gordon Brown veulent laisser faire les entreprises et ceux qui veulent renforcer l’Europe

 

Jacques Delors a proposé récemment que l’eurozone devienne une coopération renforcée avec un budget propre et un fond d’intervention conjoncturel .Ce serait une manière de concrétiser l’idée de « Gouvernement économique » en complément de la BCE.

Les autres pistes :

Mettre en œuvre l’agenda de Lisbonne (Investir sur la recherche et l’enseignement supérieur)

Mettre en œuvre l’Europe sociale : critères de convergence sociaux pour éviter la concurrence entre état et préserver leur fiscalité.  

Une idée qui fait son chemin : renforcer la protection de nos entreprises, au moins à hauteur de ce que font les grand concurrent que sont les Etats-Unis, le Japon, la Chine, l’Inde.

 

Demain et les jours suivants nous avons prévus d’échanger sur les thèmes suivants

* L’Europe dans le monde

* Comment sortir de la crise

Partager cet article

Repost 0
Published by François Vié - dans Institutions européennes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Nouvelles d'Europe
  • Nouvelles d'Europe
  • : Chroniques d'actualité sur l'Union européenne, à lire et à écouter.
  • Contact

Profil

  • François Vié
  • Président du Mouvement Européen Pas-de-Calais
Le Mouvement Européen Pas-de-Calais est une association indépendante de tout gouvernement, institution communautaire ou parti politique. Il est non partisan. Sa vocation est d’aider les citoyens à prendre conscience de l’Europe et de la communauté de des
  • Président du Mouvement Européen Pas-de-Calais Le Mouvement Européen Pas-de-Calais est une association indépendante de tout gouvernement, institution communautaire ou parti politique. Il est non partisan. Sa vocation est d’aider les citoyens à prendre conscience de l’Europe et de la communauté de des

Chroniques Nouvelles d'Europe

Les chroniques, hebdomadaires, sont diffusées sur radio Pfm, radio associative arrageoise, 99.9 MHz.    

Elles sont à disposition des radios associatives qui souhaitent les programmer et en font la demande.

Sources: Europe-midi (Mouvement européen France), Euractiv, Agence Europe, Fondation Robert Schman, Oui à l'Europe, Sinople, presse quotidienne et hebdomadaire dont Le monde et Courrier international...


L'auteur de la scutpture "L'Europe" est Bernard Vié link

Rechercher