Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2007 4 03 /05 /mai /2007 21:41

Le premier tour a conduit à la qualification pour le premier tour des candidats de l’UMP et du PS, à l’émergence d’un parti centriste et au recul des extrêmes de droite et de gauche.

 

Quelles ont été les réactions en Europe ?

 

C’est d’abord une réaction de soulagement de voir les partis radicaux et particulièrement Front National reculer : c’est notamment la réaction de Frank-Walter Steinmeir, ministre des affaires européennes allemand. "Je suis assez satisfait que les groupes plus radicaux, comme Le Pen, aient clairement reculé",

Joseph Daul, président du PPE droite a salué les résultats, je le cite : « les Français ont réaffirmé avec force …leur intérêt pour la politique et leur compréhension de l’importance des enjeux en participant en masse à ce scrutin »

 

C’est ensuite un constat encourageant pour la construction européenne . On sait la crainte dans les instances européennes d’un nouveau NON de la France s’il y a un nouveau référendum. Le président de la Commission José-Manuel Barroso considère, je cite : « comme un très bon signe les bons scores des forces pro-européennes ».

 

Pour les partis sociaux démocrates, c’est l’intérêt de voir une convergence apparaître entre la gauche et le centre : En Italie, où les dirigeants actuels tentent de construire un grand parti de centre-gauche, le président du Conseil, Romano Prodi, a ouvertement souhaité une alliance entre Ségolène Royal et François Bayrou en vue du deuxième tour, qui serait, selon lui, "un élément de clarté et de mise en ordre dans le schéma politique français".

 

Quels enseignements tirez-vous du premier tour en tant que militant pour l’Europe ?

 

Une comparaison entre les premiers tours de 2002 et de 2007 montre clairement que les extrêmes qui on voté NON au référendum constitutionnel ont été réduits.: Les partis du NON de droite sont passés de 23 % à 14 %, et surtout ceux du NON de gauche sont passés de 19 % à 9 %.

Dans le même temps une partie des électeurs du parti socialiste, divisé sur l’Europe, s’est déplacée sur François Bayrou qui porte un discours résolument européen. Le total des partis du OUI est passé de 57% à 77%.

On sait que la logique du «vote utile » a joué un rôle important pour limiter les scores des « petits candidats ». Ceci dit il y a un constat à faire : la dynamique supposée des partisans du Non pour créer une gauche radicale anti-libérale est un échec.

Par ailleurs, l’importance du vote Bayrou, la nécessité pour la gauche de se rapprocher du centre, ouvre la voie à une évolution du PS vers la social-démocratie, éventuellement, suivant le résultat des élections présidentielle et législative, à une alliance de la gauche et du centre, qui rapprocherait la gauche française des gauches social-démocrates européennes : allemande, anglaise, italienne, espagnole.

J’espère que la mobilisation massive de l’électorat et la confiance retrouvée dans les partis de gouvernement  sont les signes que les français évoluent d’un comportement protestataire et un comportement électoral plus constructif. C’est une évolution qui ne peut qu’être favorable à la construction européenne.

 

Pouvez-vous rappeler quelles sont les principales propositions des deux candidats sur l’Europe ?

 

·       Dans le domaine institutionnel, Ségolène Royal propose un nouveau traité comprenant un volet social et  ratifié par référendum Noicolas Sarkosy veut un traité simplifié institutionnel ratifié par voie parlementaire, suivi de la mise en place d’une nouvelle Convention.

·       Tous les deux veulent rediscuter des statuts de la Banque centrale européenne et créer un gouvernement économique européen.

·       Dans le domaine du commerce international, Ségolène veut imposer aux produits importés dans l’UE le respect de critères sociaux et environnementaux et supprimer les aides européennes aux entreprises qui délocalisent. Nicolas Sarkosy entend imposer la réciprocité dans les relations commerciales et suspendre les aides des fonds structurels aux pays pratiquant le dumping fiscal, social ou environnemental.

·       Dans le domaine social Ségolène Royal propose la mise en place de critères de convergence sociale. Nicolas Sarkosy souhaite au contraire la préservation de la souveraineté fiscale des Etats membres.

·       Ségolène Royal demande une directive cadre sur les services publics

·       En matière de politiques nouvelles, Ségolène Royal veut la mise en place de politiques communes sur la recherche, l’énergie , l’environnement et la création d’une taxe intégrant les coûts de la dégradation de l’environnement. Nicolas Sarkosy, lui, se limite à une Europe de l’énergie.

·       Ségolène demande une augmentation du budget européen et l’autorisation d’emprunter pour l’Union.

·       Nicolas Sarkosy propose un pacte européen sur l’immigration.

·       Ségolène Royal veut limiter l’élargissement aux candidatures actuelles et envisage favorablement l’adhésion de la Turquie. Nicolas Sarkosy veut définir les pays européens et non européens (la Turquie n’est pas européenne) et propose un partenariat privilégié avec la Turquie,

 

L’orientation de l’Europe sera-t-elle réellement différente suivant le président élu ?

 

Rappelons d’abord que cela dépend d’une négociation à 27

Mais l’orientation de la construction européenne peut être influencée dans des sens différents puisque Nicolas Sarkosy insiste sur la performance économique européenne, alors que Ségolène Royal prône une dimention sociale. Dans le même sens, Nicolas Sarkosy demande la préservation des politiques fiscales nationales alors que Ségolène Royal demande une harmonisation des politiques fiscales pour lutter contre les délocalisations internes à l’Europe.

 

Le projet européen de Ségolène Royal est nettement plus ambitieux que celui de Nicolas Sarkosy, notamment en matière d’environnement et  grâce à une augmentation du budget européen et la possibilité pour l’Europe d’emprunter.

 

Surtout dans le domaine institutionnel, Nicolas Sarkosy propose un traité institutionnel simplifié et ratifié par le Parlement ,peu ambitieux mais qui ne poserait guère de problème pour son adoption.

Au contraire, Ségolène Royal propose la solution plus ambitieuse, plus proche de celle préconisée par les pays qui ont déjà ratifié le Traité constitutionnel, fondée sur les parties 1 et 2 du traité constitutionnel, en y ajoutant une dimension sociale et des politiques nouvelles. Mais cette solution risque de se heurter à des oppositions des Pays-Bas, de la Pologne de la république Thèque, mais surtout du Royaume Unis et de la Suède. On pourrait alors aboutir à un traité qui consacrerait une Europe à deux cercles avec une majorité d’états plus intégrés politiquement et certain états qui se limiteraient aux politiques européennes actuelles.

Partager cet article

Repost 0
Published by François Vié - dans France
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Nouvelles d'Europe
  • Nouvelles d'Europe
  • : Chroniques d'actualité sur l'Union européenne, à lire et à écouter.
  • Contact

Profil

  • François Vié
  • Président du Mouvement Européen Pas-de-Calais
Le Mouvement Européen Pas-de-Calais est une association indépendante de tout gouvernement, institution communautaire ou parti politique. Il est non partisan. Sa vocation est d’aider les citoyens à prendre conscience de l’Europe et de la communauté de des
  • Président du Mouvement Européen Pas-de-Calais Le Mouvement Européen Pas-de-Calais est une association indépendante de tout gouvernement, institution communautaire ou parti politique. Il est non partisan. Sa vocation est d’aider les citoyens à prendre conscience de l’Europe et de la communauté de des

Chroniques Nouvelles d'Europe

Les chroniques, hebdomadaires, sont diffusées sur radio Pfm, radio associative arrageoise, 99.9 MHz.    

Elles sont à disposition des radios associatives qui souhaitent les programmer et en font la demande.

Sources: Europe-midi (Mouvement européen France), Euractiv, Agence Europe, Fondation Robert Schman, Oui à l'Europe, Sinople, presse quotidienne et hebdomadaire dont Le monde et Courrier international...


L'auteur de la scutpture "L'Europe" est Bernard Vié link

Rechercher