Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2007 4 07 /06 /juin /2007 21:38

Nicolas Sarkosy a été élu Président de la république. quelles sont les implications pour l’Europe de cette élection ?

 

Sur un plan général , cette élection pousse encore l’Europe vers plus de libéralisme et plus d’atlantisme.

·                 Plus de libéralisme : rappelons que le NON au référendum avait fait l’affaire des forces libérales hostiles au principe d’une « économie sociale de marché », à la charte sur les droits fondamentaux, à des lois européennes sur les services publics. Une nouvelle fois les français poussent l’Europe vers une droite libérale.

·                 Plus d’atlantisme : Il y a désormais un ensemble de grands pays européens favorables à un resserrement des liens avec les Etats-Unis : Royaume-Unis, Allemagne, Espagne et France.

 

Y a-t-il des effets positifs ?

 

Est positif le fait que Nicolas Sarkosy est affirmé son intention de prendre en main résolument les questions européennes. Il l’a confirmé en entamant une tournée des dirigeants européens en commençant par Angéla Merkel, José-Manuel Barroso, Tony Blair, José-Louis Zapatéro, Romano Prodi.

 

Positif aussi le fait que la position de Nicolas Sarkosy sur un traité simplifié approuvé par voie parlementaire facilitera la sortie de crise institutionnelle, bien que le résultat risque d’être très décevant.

 

Enfin on remarque la présence dans l’équipe de Sarkosy d’européens convaincus notamment de Berbard Koucner en ministre des affaires étrangères et de Jean-Pierre Jouyet, un ancien de l’équipe de Jacques Delors à la Commission Européenne, en secrétaire d’Etat aux affaires européennes. Reste à voir s’ils auront des moyens d’action autonomes tant Nicolas Sarkosy a montré sa détermination à agir personnellement. Il est par exemple acquis que le Secrétariat général aux affaires européennes, chargé de la coordination interministérielle sur les questions européennes ne dépendra pas du secrétaire d’état mais directement de Matignon.

 

Quelles sont les priorités de Nicolas Sarkosy ?

 

·                 Premièrement le nouveau traité, nous allons en reparler

·                 Deuxièmement des propositions économiques

·                 Troisièmement son projet d’Union de la Méditerranée

·                 Sur son opposition à l’entrée de la Turquie, Sarkosy temporise. Il a annoncé qu’il n’empêchera pas la poursuite de la négociation d’adhésion et vise la fin de l’année lors de la remise du prochain rapport sur l’avancement des négociation pour prendre position.

 

Sur le traité constitutionnel ?

 

Vous savez que 18 pays ont ratifié le traité constitutionnel et veulent en garder la substance. Ils redoutaient par-dessus tout un nouveau référendum français et le risque d’un nouveau NON. Il y a l’opposé, le Non des Pays-Bas et des adversaires résolus à plus d’Europe : le Royaume-Unis, la Pologne, la République tchèque.

La proposition de Sarkosy d’un traité simplifié ratifié par voie parlementaire le place à mi-chemin des deux camps et en bonne place pour proposer un compromis. Son idée semble acceptée par l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne. Le contenu en reste très incertain.

 

Sarkosy insiste sur la nécessité d’une présidence stable pour l’Union, pour faciliter les coopérations renforcées, pour la création d’un « gouvernement économique de la zone Euro ».

Certains observateurs pensent que l’on s’achemine vers un compromis du type suivant :

·                 Suppression du mot « constitution » et des symboles de l’Union pour éviter d’avoir à soumettre le traité à référendum.

·                 Renoncer à un traité unique qui remplacerait les traités existants. Il pourrait être procédé par amendements aux traités existants, ce qui serait un recul important par rapport au TCE

·                 Maintien dans le texte de la Charte des Droits Fondamentaux ou renvoi à un protocole qui en maintiendrait la force juridique.

·                 Sauvegarder les nouveaux mécanismes institutionnels : présidence stable, personnalité juridique de l’Union, élargissement du vote majoritaire au Conseil à de nouveaux domaines, extension de la codécision Parlement-Conseil, nouveau calcul du vote majoritaire au conseil ;

·                 Citer la dimension sociale de l’Union

·                 Maintenir ou introduire des références aux nouveaux défis : énergie, changement climatique, politique d’immigration.

·                 Etendre les domaines où les coopérations renforcées sont possibles

 

Le Parlement Européen débattra la semaine prochaine d’un rapport qui propose au parlement de refuser tout nouveau traité qui n’améliorerait pas la démocratie, la transparence et les droits des citoyens.

Les 21 et 22 juin les Chefs d’états et de gouvernements se retrouveront pour arrêter les choix essentiels sur le contenu du traité et décider d’un calendrier de négociation et de ratification.

 

Et sur les questions économiques ?

 

Sur les aspects économiques, Sarkosy, comme du reste Ségolène Royal, a critiqué le banque centrale européenne et son statut. Il ne sera pas suivi dans sa demande de changement du statut de la BCE. Au contraire, les partenaires de la France se méfient de la tendance de Sarkosy à privilégier la baisse de la fiscalité à la rigueur budgétaire.

 

Par contre il a davantage de chances sur des demandes plus modestes qui vont dans le sens d’une gouvernance politique de la zone Euro :

·                 Instaurer un « serpent fiscal » entre les pays de la zone Euro pour faire converger progressivement les fiscalités et limiter les risques de dumping fiscal.

·                 Instaurer une représentation commune des pays de la zone Euro au sein des institutions financières internationales.

·                 Associer les ministres des finances de la zone euro (qui constituent le Conseil Ecofin » à certaines politiques qui ont des incidences économiques : énergie, transport.

 

Sur la mondialisation, Sarkosy appelle à une politique industrielle, à la défense des intérêts européens et à une préférence communautaire. Il se heurtera à une majorité d’états attaché à l’ouverture des marchés.

Partager cet article

Repost 0
Published by François Vié - dans France
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Nouvelles d'Europe
  • Nouvelles d'Europe
  • : Chroniques d'actualité sur l'Union européenne, à lire et à écouter.
  • Contact

Profil

  • François Vié
  • Président du Mouvement Européen Pas-de-Calais
Le Mouvement Européen Pas-de-Calais est une association indépendante de tout gouvernement, institution communautaire ou parti politique. Il est non partisan. Sa vocation est d’aider les citoyens à prendre conscience de l’Europe et de la communauté de des
  • Président du Mouvement Européen Pas-de-Calais Le Mouvement Européen Pas-de-Calais est une association indépendante de tout gouvernement, institution communautaire ou parti politique. Il est non partisan. Sa vocation est d’aider les citoyens à prendre conscience de l’Europe et de la communauté de des

Chroniques Nouvelles d'Europe

Les chroniques, hebdomadaires, sont diffusées sur radio Pfm, radio associative arrageoise, 99.9 MHz.    

Elles sont à disposition des radios associatives qui souhaitent les programmer et en font la demande.

Sources: Europe-midi (Mouvement européen France), Euractiv, Agence Europe, Fondation Robert Schman, Oui à l'Europe, Sinople, presse quotidienne et hebdomadaire dont Le monde et Courrier international...


L'auteur de la scutpture "L'Europe" est Bernard Vié link

Rechercher