Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 16:20

~~Aout 2015

François Hollande dans son interview du 14 juillet, puis le 19 juillet dans le Journal du dimanche appelle à renforcer la zone euro avec la création d’un gouvernement économique de la zone euro, d’un budget de la zone euro et d’un Parlement de la zone euro.

Il tire les leçons du psychodrame qui a permis de trouver un accord avec la Grèce pour un 3e plan de soutien.

En quoi ces propositions, si elles étaient mises en œuvre, permettraient-elles de mieux résoudre une crise telle que la crise grecque ?

L’idée d’un gouvernement, suggère un exécutif européen en mesure de prendre en main la résolution d’une crise, en l’occurrence la négociation d’un accord avec la Grèce, puis la surveillance de sa mise en œuvre. On a vu ces dernières semaines 19 ministres, puis chefs d’Etats de la zone euro, auxquels s’ajoutait le FMI, rechercher une solution commune, mais chacun avec sa culture, son agenda politique, la pression de son opinion publique. La tension a été extrême entre les tenants de la rigueur, exaspérés par la stratégie grecque du rapport de force et ceux qui refusaient le « grexit ». Les parties prenantes étaient trop nombreuses. Les négociations auraient été plus dépassionnées et plus rapides, si elles avaient eu lieu entre la Commission et la Grèce seulement. Autrement dit s’il n’y avait pas eu en face de la Grèce 18 Etats, mais un Commissaire négociant au nom de la zone euro. Il est à craindre que derrière l’expression de «gouvernement économique» utilisée par François Hollande, il n’y ait que l’actuel Eurogroupe, c'est-à-dire la réunion des ministres des finances. Il faut passer du pilotage de la zone euro par les Etas, à un pilotage par des institutions communes.

Un budget de la zone euro est-il nécessaire ? Il l’est sans doute pour appuyer des politiques propres à la zone euro : aider les Etats à se réformer pour assurer une convergence des économies, y compris sur les plans fiscal et social, abonder les politiques de cohésion de l’Union pour rapprocher les niveaux de prospérité des Etats de la zone, adosser la mise en œuvre de nouveaux instruments financiers comme les eurobonds. On le voit dans le cas de la Grèce : il serait plus simple et efficace que l’aide apportée ne vienne pas des Etats mais d’un budget commun. Il faudrait pour cela que les Etats de la zone acceptent de mettre en commun une partie de leur fiscalité, ce qui n’est pas encore le cas.

Enfin un Parlement de la zone euro est nécessaire. L’Union européenne a mis en place, pour faire face à la crise économique, des instruments nouveaux. Ils sont gérés directement par les Etats, ou par les institutions communautaires qui rassemblent 28 Etats, dont ceux qui n’ont pas adopté l’euro. Il s’agit pourtant de prérogatives très importantes, comme l’Union bancaire, les mécanismes de solidarité financière, le contrôle des budgets nationaux, la coordination des politiques économiques des Etats membres. Un contrôle démocratique de ces décisions est nécessaire, pour légitimer un gouvernement de la zone euro et que ces décisions soient acceptées par les opinions publiques. On a vu dans la crise grecque s’affronter des légitimités démocratiques nationales. Il faut que le débat démocratique soit hissé au niveau de la zone euro, pour résoudre des difficultés entre ses pays membres.

Les propos de François Hollande ont été tenus à l’occasion de la distinction de Jacques Delors, déclaré par le conseil européen Citoyen d’honneur de l’Union européenne. Jacques Delors a déclaré à la suite du dénouement de la crise grecque : "Ce système n'est plus gouvernable, cela ne peut plus durer. Il faut refonder l'Union économique et monétaire". Il reste à nos gouvernants nationaux à faire preuve de volonté politique pour mettre en œuvre ces changements.

Partager cet article

Repost 0
Published by François Vié
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Nouvelles d'Europe
  • Nouvelles d'Europe
  • : Chroniques d'actualité sur l'Union européenne, à lire et à écouter.
  • Contact

Profil

  • François Vié
  • Président du Mouvement Européen Pas-de-Calais
Le Mouvement Européen Pas-de-Calais est une association indépendante de tout gouvernement, institution communautaire ou parti politique. Il est non partisan. Sa vocation est d’aider les citoyens à prendre conscience de l’Europe et de la communauté de des
  • Président du Mouvement Européen Pas-de-Calais Le Mouvement Européen Pas-de-Calais est une association indépendante de tout gouvernement, institution communautaire ou parti politique. Il est non partisan. Sa vocation est d’aider les citoyens à prendre conscience de l’Europe et de la communauté de des

Chroniques Nouvelles d'Europe

Les chroniques, hebdomadaires, sont diffusées sur radio Pfm, radio associative arrageoise, 99.9 MHz.    

Elles sont à disposition des radios associatives qui souhaitent les programmer et en font la demande.

Sources: Europe-midi (Mouvement européen France), Euractiv, Agence Europe, Fondation Robert Schman, Oui à l'Europe, Sinople, presse quotidienne et hebdomadaire dont Le monde et Courrier international...


L'auteur de la scutpture "L'Europe" est Bernard Vié link

Rechercher