Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 16:15

~~Avril 2015

La Russie met en cause, en Ukraine, la stabilité du voisinage européen et le projet européen lui-même.

L’Union européenne est fondée sur des valeurs de liberté et de démocratie. Elle réunit 28 pays, qui ont choisi de confier des compétences à des institutions communes, démocratiques, où décident les Etats et les citoyens. Face à ce modèle, la Russie de Vladimir Poutine, oppose une conception autoritaire du pouvoir, et tente de constituer autour de la Russie une Union Eurasiatique où la Russie jouerait le premier rôle.

Dans cette conception, les pays du voisinage de la Russie n’ont pas à choisir librement leur mode de gouvernement. C’est ce qui est à l’origine du conflit en Ukraine : les Ukrainiens ont voulu adopter un régime débarrassé des oligarques et de la corruption. Ils se sont rebellés lorsque le gouvernement ukrainien a renoncé à un accord d’association avec l’Union européenne, qui depuis a été signé par le nouveau pouvoir à Kiev. Dans le but de contraindre l’Ukraine, la Russie a annexé la Crimée et entretient un conflit dans l’Est ukrainien. Elle a déjà utilisé cette tactique en provoquant la sécession en 1992 de deux provinces de Géorgie : l’Abkhasie et l’Ossétie du Sud. Elle entretient également depuis 1991un régime fantoche dans une partie de la Moldavie, la Transnistrie, qui a demandé son rattachement à la Russie.

La Géorgie et la Moldavie ont signé des accords d’association avec l’Union européenne et se trouvent, comme l’Ukraine, des enjeux dans une lutte d’influence entre Union européenne et Russie.

Ces conflits peuvent-ils atteindre les frontières de l’Union ? Deux régions peuvent constituer des cibles : la Roumanie et les pays baltes. En Roumanie, une écrasante majorité de la population approuve l’appartenance à l’Union européenne et à l’OTAN. Mais le gouvernement, dirigé par un ancien communiste, cultive l’ambiguïté à l’égard du régime russe. Les pays baltes se sentent également visés. 25 % des Estoniens et 27 % des Lettons sont russophones. Ces deux pays sont fortement arrimés à l’Ouest (ils font partie de l’Union européenne, de la zone euro, de l’OTAN). Mais des activismes séparatistes pro-russes y apparaissent. Les Russes y font de la propagande et de la provocation, par des manœuvres militaires aux frontières. L’OTAN a réagi en y renforçant sa présence.

La Russie fait feu de tout bois pour nouer des influences qui peuvent miner le projet européen : accord énergétique avec la Hongrie, invocation de l’orthodoxie pour séduire la Grèce, liens avec les partis eurosceptiques comme UKIP en Grande-Bretagne et, en France, le Front national, également financé par la Russie. Cet activisme anti-européen se combine avec des positions de la Russie au Moyen-Orient à l’opposé de la politique européenne, notamment le soutien au régime syrien. Au Moyen-Orient, comme en Europe orientale, la Russie met en cause les traités et les frontières.

L’Union européenne réagit avec naïveté et retard. Après l’effondrement de l’Union soviétique en 1991, les Européens estimaient que la Russie n’était plus une menace, et n’ont pas observé que depuis 10 ans ce pays s’éloigne de l’Europe. Sous l’influence pacifiste de l’Allemagne et des pays nordiques, l’Europe a désarmé. De 2000 à 2010, le budget militaire russe a progressé de 80% lorsque les dépenses des pays de l’Union européenne diminuaient de 3%. Il n’y a pas de volonté commune des pays européens pour que l’Europe ait une stratégie de puissance. Les Européens se sont entendus sur des sanctions contre la Russie. Mais, dans l’espoir d’une solution diplomatique en Ukraine, ces sanctions restent économiques, ciblées sur les proches du pouvoir russe. Il n’est notamment pas question de livrer des armements à l’Ukraine.

Le conflit larvé entre la Russie et l’Union européenne que certains appellent « drôle de paix » ou « paix froide » sera malheureusement durable. Les Européens ont trop souvent réagi tardivement et dans l’urgence face aux difficultés. La menace russe les fera-t-elle en matière de défense ? C’est que souhaite Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, qui vient de relancer l’idée d’une armée européenne.

Partager cet article

Repost 0
Published by François Vié
commenter cet article

commentaires

Mariana 22/04/2015 16:54

Je trouve votre article très riche. Cependant, il me semble que cette problématique est inséparable d'un niveau plus global. En effet, il est nécessaire ici de souligner l'influence des Etats Unis sur le non aboutissement d'une réelle politique européenne de défense. Cette influence est également fondamentale dans la relation existante entre l'Union européenne et la Russie.

Présentation

  • : Nouvelles d'Europe
  • Nouvelles d'Europe
  • : Chroniques d'actualité sur l'Union européenne, à lire et à écouter.
  • Contact

Profil

  • François Vié
  • Président du Mouvement Européen Pas-de-Calais
Le Mouvement Européen Pas-de-Calais est une association indépendante de tout gouvernement, institution communautaire ou parti politique. Il est non partisan. Sa vocation est d’aider les citoyens à prendre conscience de l’Europe et de la communauté de des
  • Président du Mouvement Européen Pas-de-Calais Le Mouvement Européen Pas-de-Calais est une association indépendante de tout gouvernement, institution communautaire ou parti politique. Il est non partisan. Sa vocation est d’aider les citoyens à prendre conscience de l’Europe et de la communauté de des

Chroniques Nouvelles d'Europe

Les chroniques, hebdomadaires, sont diffusées sur radio Pfm, radio associative arrageoise, 99.9 MHz.    

Elles sont à disposition des radios associatives qui souhaitent les programmer et en font la demande.

Sources: Europe-midi (Mouvement européen France), Euractiv, Agence Europe, Fondation Robert Schman, Oui à l'Europe, Sinople, presse quotidienne et hebdomadaire dont Le monde et Courrier international...


L'auteur de la scutpture "L'Europe" est Bernard Vié link

Rechercher